Crédit immobilier en 2022

Crédit immobilier 2022 : une nouvelle perspective en vue

Vous prévoyez un investissement immobilier en 2022 ? Une mauvaise surprise se profile pour les emprunteurs. En effet, à partir du 1er janvier 2022, emprunter sur une durée de plus de 25 ans ne sera plus possible. Le taux d’endettement ne pourra plus également dépasser les 35 % à partir de cette date. Cependant, il y a quelques exceptions à la clé.

Une nouvelle réglementation suite à la recommandation du HCSF

En constatant la dégradation de conditions d’octroi de crédits immobiliers, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) a recommandé une nouvelle réglementation. Elle incite les banques à respecter le seuil d’endettement autorisé ainsi que de raccourcir la durée maximale d’emprunt immobilier. Cette recommandation entrait en vigueur depuis décembre 2019, mais elle deviendra une norme juridique obligatoire au début de l’année prochaine.
Les banques sont alors obligées de se conformer à ces conditions avant d’accepter un crédit immobilier. Une rallonge de deux ans peut toutefois s’ajouter à cette durée. C’est possible si la date d’entrée en jouissance est différente de la date d’octroi de l’emprunt. Cette exception est applicable pour les acheteurs des biens en VEFA.

Un moyen de protéger les ménages de surendettement

On est tous conscients qu’après la crise sanitaire, la crise économique a repris de plus belle. Cette recommandation a été prise en compte pour empêcher les ménages d’être surendettés plus que nécessaire. Cependant, les banques peuvent déroger à cette norme pour 20 % de ses emprunteurs s’il s’agit de l’achat d’une résidence principale.
En cas de non-respect de cette nouvelle loi, elles subissent des amendes par le gendarme des banques. Les montants de ces blâmes ne sont pas encore annoncés. Ce qui est sûr, les banques vont tout faire pour les éviter et devenir plus strictes au moment de l’octroi d’un crédit immobilier. Cette restriction stricte est justifiée pour anticiper les futures crises qui peuvent encore frapper les ménages.
Par ailleurs, dans son bilan du 27 janvier 2021, le HCSF a annoncé une croissance des taux d’effort individuel. Il a également constaté une prolongation des maturités au niveau des crédits immobiliers. Ces restrictions sont faites pour empêcher les banques d’adopter :

  • Un comportement spéculatif
  • Un désagrément entre les parties

Un manque d’enthousiasme de la part des professionnels de l’immobilier

Les agences immobilières, les courtiers, mais surtout les banques n’accueillent pas cette nouvelle avec effusion. Les particuliers qui investissent dans l’immobilier locatif sont les plus pénalisés. En général, ils dépassent ce taux d’endettement imposé, car ils remboursent en même temps le crédit de leur résidence principale.
Pour ceux qui ont déjà dépassé ce seuil, l’investissement locatif ne sera plus possible. Ils doivent attendre que leur taux d’endettement baisse pour pouvoir refaire une demande. Or, quand les investisseurs locatifs sont bloqués, les courtiers et les agences immobilières sont également impactés.
Cette nouvelle loi peut alors influencer grandement la croissance du marché immobilier pour les années à venir. En revanche, ces professionnels ne vont certainement pas rester les bras croisés en voyant leur vente diminuée. Dans les mois à venir, ils trouveront encore une fois de nouvelles stratégies pour garder le cap et ne pas subir les affaires de la baisse d’octroi de crédit immobilier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Quels sont les avantages du marketing digital ? Previous post Quels sont les avantages du marketing digital ?
Éléments à prendre en compte pour les dressings personnalisés Next post Éléments à prendre en compte pour les dressings personnalisés